Actu

Quand faire une déclaration Autoentrepreneur ?

L’auto-entrepreneuriat est un secteur d’activité prometteur pour toute personne qui s’y investit. Toutefois, sachez que vous avez des obligations fiscales dont vous devez vous acquitter. Vous devez par exemple être en mesure de payer vos impôts pour la période que vous aurez à choisir. En cas de non-paiement, vous vous exposez à d’énormes sanctions pénales. À quel moment faire alors la déclaration de son chiffre d’affaires ? Éléments de réponse dans cet article.

Chaque mois

Vous êtes censé déclarer vos revenus chaque mois immédiatement ou sur réclamation. Cette option doit être prise en compte le mois qui suit le commencement de votre business. Elle prend en compte l’année en cours et est implicitement renouvelée l’année d’après. Si vous n’êtes pas intéressée par ce choix, vous pouvez faire une demande de modification de périodicité de l’année qui suivra. Cette demande doit être faite trois mois avant l’année 2023. Ainsi, la première annonce doit être faite à la une des expirations relativement au type de déclaration choisie. Par ailleurs, il est important de préciser que la première annonce mensuelle doit se faire avant la fin du mois conformément aux trois mois d’exercice précédents.

A lire aussi : Quels sont les inconvénients de l'administration en free-lance ?

Chaque trimestre

Vous avez également la possibilité de faire une déclaration trimestrielle. Pour le faire, il faudra mentionner premièrement vos revenus avant la fin du mois suivant les trois mois d’exercice. Cette annonce doit être faite dans le mois qui suit le trimestre durant la période où vous avez commencé à exercer. Pour ce qui est des déclarations suivantes, elles doivent être réalisées avant l’achèvement du trimestre qui porte l’annonce. Elles sont faites relativement à la déclaration choisie.

Quelles sont les dispositions prises en cas d’absence ou de retard ?

Lorsque vous oubliez la date de la déclaration de vos revenus avant expiration, vous payerez 52 euros en guise de sanction. De plus, vous aurez une augmentation sur vos charges sociales. Pour cela, à chaque déclaration de vos revenus, un pourcentage de 5% s’ajoute sur chaque déclaration manquant. Si vous choisissez une déclaration trimestrielle, une augmentation de 15% sera appliquée pour chaque annonce de l’année civile manquante.

A lire également : Choisir la formation idéale pour atteindre ses objectifs professionnels

Comment faire l’annonce du chiffre d’affaires ?

Même si vous n’avez pas fait de bénéfice durant la fréquence choisie, vous devez faire votre déclaration. Vous n’avez qu’à mentionner que vous n’avez pas fait de bénéfice en lieu et place du revenu. Le chiffre d’affaires à mentionner est le montant que vous avez reçu. Les factures qui n’ont pas encore été encaissées ne doivent pas figurer dans la déclaration au cours de la période d’annonce. Vous avez l’obligation d’insérer vos bénéfices d’autoentrepreneur dans votre déclaration privée. Lors de la déclaration sur Internet, la somme de participation et des obligations fiscales est immédiatement calculée proportionnellement au taux d’affaires.

Comment choisir entre le régime micro-entrepreneur et le régime réel simplifié ?

Le choix entre le régime micro-entrepreneur et le régime réel simplifié ne doit pas être pris à la légère. Les deux ont leurs avantages et leurs inconvénients, il faut bien comprendre les différenciateurs pour prendre une décision éclairée.

Le régime micro-entrepreneur est un système simplifié qui permet aux entrepreneurs de payer des impôts en fonction du chiffre d’affaires qu’ils réalisent. Cela signifie que si vous réalisez moins de 72 500 euros de chiffre d’affaires annuel, vous pouvez bénéficier d’un taux forfaitaire allant de 1% à environ 15% selon votre activité. Le principal avantage du régime micro-entrepreneur est sa simplicité administrative, car il se prête particulièrement bien aux entreprises ayant un faible volume d’affaires ou débutantes.

En revanche, le régime réel simplifié peut être plus intéressant si vous avez une entreprise avec un chiffre d’affaires plus important. Vous devrez tenir des comptabilités précises pour pouvoir déduire vos dépenses professionnelles (achat de matériel informatique, par exemple) ainsi que vos charges sociales sur les salariés embauchés. Si votre secteur implique des coûts importants comme l’immobilier ou les transports, cette solution sera idéale pour optimiser vos cotisations sociales et fiscales.

Chaque auto-entrepreneur a besoin d’évaluer son profil professionnel avant même de choisir son option fiscale dans ce modèle économique où la souplesse règne en maîtresse absolue, mais où la fiscalité reste omniprésente.

Quels sont les avantages fiscaux liés au statut d’autoentrepreneur ?

Le statut d’auto-entrepreneur présente de nombreux avantages fiscaux qui attirent chaque année un nombre croissant de travailleurs indépendants. Effectivement, ce régime permet notamment une simplification administrative, ainsi qu’une fiscalité allégée.

Un des premiers avantages fiscaux concerne les charges sociales. Celles-ci sont calculées en fonction du chiffre d’affaires réalisé par l’auto-entrepreneur. Il s’agit d’un pourcentage compris entre 12% et 22% du chiffre d’affaires selon le type d’activité exercée.

L’autre avantage fiscal majeur est la possibilité de bénéficier d’un régime micro-fiscal simplifié. Cela signifie que l’entrepreneur ne paiera pas de TVA sur les factures qu’il émettra à ses clients. Pourtant, il doit facturer cette taxe puisqu’elle n’est pas déductible au final. Le taux forfaitaire appliqué peut être très faible dès lors que votre activité génère peu de revenus.

L’auto-entreprise permet aussi une grande flexibilité dans la gestion des dépenses professionnelles. Les frais professionnels peuvent être déduits des bénéfices imposables sans justificatif tant qu’ils respectent certains plafonds prévus par la loi (10 % du CA pour les prestations commerciales ou artisanales et 34 % pour les prestations libérales). Cette facilité comptable constitue donc un argument supplémentaire en faveur du choix du statut auto-entrepreneur.

Ce régime est donc très intéressant pour les travailleurs indépendants qui cherchent à limiter leur fiscalité et à simplifier la gestion de leur entreprise. Toutefois, vous devez vous rappeler que cette formule présente aussi des inconvénients qu’il ne faut pas négliger avant d’opter pour ce choix.

Article similaire